CDEM

www.cdem.com

Billets comportant le tag cdem

0 notes

Tous à l’eau!
Activ’eau, c’est la première école de natation francophone à Winnipeg! Arrivé au Manitoba il y a un plus d’un an, Gregory Pascal a vite compris que l’offre de cours de natation n’était pas suffisante au regard de la demande des francophones. Le jeune français lancera donc en janvier prochain son école de natation.
« Ce que j’aime dans mon travail, c’est le relationnel, confie le jeune maître-nageur. C’est pour cela que je veux offrir des cours de natation en petits groupes afin d’avoir une vraie relation avec mes élèves. » Le fil conducteur de son école est donc de proposer des cours personnalisés pour assurer un accompagnement de qualité.
Fort de son expérience avec les enfants, Gregory Pascal aime utiliser l’imaginaire pour apprendre à nager. « Pour aider les enfants à taper des pieds, je leur demande par exemple d’imaginer qu’ils essayent d’enlever leurs chaussettes », raconte-t-il.
C’est après avoir repassé ses diplômes de maître-nageur au Canada que Gregory Pascal a décidé de créer sa propre école de natation. « Proposer quelque chose de qualité me tient énormément à cœur, assure Gregory Pascal. C’est mon projet et j’ai vraiment envie que les familles ressentent un esprit convivial au sein de mon école de natation. »
La natation pour tous
Selon les demandes, Gregory Pascal proposera des cours adaptés aux besoins. « J’ai beaucoup travaillé avec des enfants handicapés physiques, moteurs et sensoriels mais aussi mentaux, explique-t-il. Je suis convaincu que l’eau peut apporter énormément aux enfants et c’est toujours un beau défi pour moi d’aider les personnes qui ont pu avoir des mauvaises expériences avec l’eau. »
Mais Activ’eau ne proposera pas uniquement des cours pour enfants. En effet, des séances d’aqua fit pour les personnes plus âgées ou même du secourisme sont également au programme.
« J’aurai des plages horaires disponibles dans différentes piscines de la ville, explique Gregory Pascal. Sur ces créneaux-là, j’organiserai donc différentes séances en fonction des demandes et des groupes. »
Gregory Pascal envisage même à long terme de faire grandir son école en embauchant d’autres maîtres-nageurs. En attendant, c’est avec hâte qu’il attend le mois de janvier pour réaliser ce projet qui a déjà séduit de nombreuses familles. Et pour cause, il compte déjà 18 pré-inscriptions!
Contactez Gregory Pascal en lui écrivant un courriel : greg@activ-eau.com Ou visitez sa page facebook : ici À venir, un nouveau site Web!

Tous à l’eau!

Activ’eau, c’est la première école de natation francophone à Winnipeg! Arrivé au Manitoba il y a un plus d’un an, Gregory Pascal a vite compris que l’offre de cours de natation n’était pas suffisante au regard de la demande des francophones. Le jeune français lancera donc en janvier prochain son école de natation.

« Ce que j’aime dans mon travail, c’est le relationnel, confie le jeune maître-nageur. C’est pour cela que je veux offrir des cours de natation en petits groupes afin d’avoir une vraie relation avec mes élèves. » Le fil conducteur de son école est donc de proposer des cours personnalisés pour assurer un accompagnement de qualité.

Fort de son expérience avec les enfants, Gregory Pascal aime utiliser l’imaginaire pour apprendre à nager. « Pour aider les enfants à taper des pieds, je leur demande par exemple d’imaginer qu’ils essayent d’enlever leurs chaussettes », raconte-t-il.

C’est après avoir repassé ses diplômes de maître-nageur au Canada que Gregory Pascal a décidé de créer sa propre école de natation. « Proposer quelque chose de qualité me tient énormément à cœur, assure Gregory Pascal. C’est mon projet et j’ai vraiment envie que les familles ressentent un esprit convivial au sein de mon école de natation. »

La natation pour tous

Selon les demandes, Gregory Pascal proposera des cours adaptés aux besoins. « J’ai beaucoup travaillé avec des enfants handicapés physiques, moteurs et sensoriels mais aussi mentaux, explique-t-il. Je suis convaincu que l’eau peut apporter énormément aux enfants et c’est toujours un beau défi pour moi d’aider les personnes qui ont pu avoir des mauvaises expériences avec l’eau. »

Mais Activ’eau ne proposera pas uniquement des cours pour enfants. En effet, des séances d’aqua fit pour les personnes plus âgées ou même du secourisme sont également au programme.

« J’aurai des plages horaires disponibles dans différentes piscines de la ville, explique Gregory Pascal. Sur ces créneaux-là, j’organiserai donc différentes séances en fonction des demandes et des groupes. »

Gregory Pascal envisage même à long terme de faire grandir son école en embauchant d’autres maîtres-nageurs. En attendant, c’est avec hâte qu’il attend le mois de janvier pour réaliser ce projet qui a déjà séduit de nombreuses familles. Et pour cause, il compte déjà 18 pré-inscriptions!

Contactez Gregory Pascal en lui écrivant un courriel : greg@activ-eau.com 
Ou visitez sa page facebook : ici 
À venir, un nouveau site Web!

(Source : cdem.com)

Classé dans natation winnipeg Municipalités bilingues cdem

0 notes

L’esprit écologique de Saint-Pierre-Jolys

À Saint-Pierre-Jolys, composter ses déchets à la maison est désormais chose facile!

En partenariat avec le CDEM et Compo-Stages Manitoba Services Co-op, le village de Saint-Pierre-Jolys et la Municipalité de De Salaberry proposent depuis juin dernier un compostage à domicile.

Le principe est simple : les déchets organiques sont ramassés chez les résidents par un camion qui fait la collecte à domicile des matières compostables. Il les emmène ensuite sur un site où le compost est retourné par un retourneur d’andins.

« On n’a même pas besoin d’y penser, affirme la résidante de Saint-Pierre-Jolys Christine Maynard. Il suffit de mettre sa poubelle de compost devant la maison et c’est tout. Les déchets organiques sont ramassés les mêmes jours que les déchets ordinaires. Le programme a vraiment été fait de telle manière à ce que ça ne pose pas de difficultés. »

L’idée d’insérer le compostage dans le quotidien des particuliers fait suite à un constat sur l’augmentation des gaz à effet de serre et les solutions éventuelles.

« Les bénéfices sur l’environnement sont considérables, affirme l’agente en communication des projets verts du CDEM Joëlle Saltel-Allard. Les agriculteurs ont déjà l’habitude de le faire avec leur fumier! Composter à grande échelle est très bénéfique. »

Et tout le monde y gagne. En effet, les avantages sont à la fois d’ordres pratique, économique et écologique.

« Non seulement les résidants peuvent réduire leurs propres déchets, mais cela permet aussi d’augmenter la durée de vie d’un site d’enfouissement, affirme Joëlle Saltel-Allard. Le compostage, tout comme le recyclage, permet de détourner jusqu’à 70 % des matériaux, ce qui signifie qu’on va envoyer beaucoup moins de déchets au dépotoir donc au centre d’enfouissement. Creuser un nouveau site d’enfouissement coûte très cher donc c’est aussi un avantage économique très important. »

Ce programme très avant-gardiste pourrait servir d’exemple à d’autres. En effet, il s’agit du seul programme de compostage résidentiel en milieu rural à faible densité au Manitoba.

« C’est un effort pour l’environnement qui est tellement facile à faire, conclut Christine Maynard. Et c’est pour l’avenir de nos enfants! Si chacun fait un petit effort comme celui-là, nous allons avancer ensemble! »

À long terme, le compost fertilisant pourrait même être revendu, un gain économique pour ce programme de lutte contre le réchauffement climatique.

(Source : cdem.com)

Classé dans Saint-Pierre-Jolys Manitoba cdem compost

0 notes

Du nouveau à l’Opus Day Spa
La nouvelle propriétaire de l’Opus Day Spa à Lorette a ouvert ses portes le samedi 3 novembre afin de se présenter à l’ensemble de la communauté. Lynne de Rocquigny, vient de reprendre le salon de coiffure et de beauté.
« Les services que nous proposons restent les mêmes, explique Lynne de Rocquigny. Nous avons un salon de coiffure, une partie esthétique et bronzage et nous offrons également des massages relaxants, avec une touche de français en plus. »
Si l’Opus Day Spa connaît un changement de propriétaire, les locaux ne sont pas pour autant modifiés en profondeur. Des travaux ayant été faits il y a trois ans, Lynne de Rocquigny, qui appréciait beaucoup la décoration en place, n’a pas réalisé beaucoup de changements pour le moment.
« Mon mari est charpentier donc ça a été très facile de réparer les quelques petits détails comme le plafond ou les étagères », explique la nouvelle propriétaire.
Coiffeuse de formation, Lynne de Rocquigny n’avait pas travaillé dans le domaine depuis très longtemps et c’est avec plaisir qu’elle s’y remet.
« Cela faisait longtemps que je voulais retourner à la coiffure, car c’est mon métier de base, confie-t-elle. Mais après avoir travaillé dans les ressources humaines, je suis restée à la maison pour élever mes enfants et j’ai monté une garderie familiale. Bien sûr, je continuais à coiffer mes amis et ma famille, mais retourner dans l’industrie des cheveux est vraiment très plaisant. »
La dimension bilingue est fondamentale pour cette entrepreneure franco-manitobaine. Si deux de ses employées sont aujourd’hui capables de parler français, elle compte bien développer cela à l’avenir.
Reprendre une entreprise comme celle-ci n’est pas une mince affaire, mais Lynne de Rocquigny aime les défis. « C’est un gros changement dans ma vie, conclut-elle. C’est très positif pour moi de revenir dans le monde professionnel après tout ce temps. »
Déjà connue de la communauté, Lynne de Rocquigny espère attirer plus de francophones grâce à son réseau de connaissances à Lorette.

Du nouveau à l’Opus Day Spa

La nouvelle propriétaire de l’Opus Day Spa à Lorette a ouvert ses portes le samedi 3 novembre afin de se présenter à l’ensemble de la communauté. Lynne de Rocquigny, vient de reprendre le salon de coiffure et de beauté.

« Les services que nous proposons restent les mêmes, explique Lynne de Rocquigny. Nous avons un salon de coiffure, une partie esthétique et bronzage et nous offrons également des massages relaxants, avec une touche de français en plus. »

Si l’Opus Day Spa connaît un changement de propriétaire, les locaux ne sont pas pour autant modifiés en profondeur. Des travaux ayant été faits il y a trois ans, Lynne de Rocquigny, qui appréciait beaucoup la décoration en place, n’a pas réalisé beaucoup de changements pour le moment.

« Mon mari est charpentier donc ça a été très facile de réparer les quelques petits détails comme le plafond ou les étagères », explique la nouvelle propriétaire.

Coiffeuse de formation, Lynne de Rocquigny n’avait pas travaillé dans le domaine depuis très longtemps et c’est avec plaisir qu’elle s’y remet.

« Cela faisait longtemps que je voulais retourner à la coiffure, car c’est mon métier de base, confie-t-elle. Mais après avoir travaillé dans les ressources humaines, je suis restée à la maison pour élever mes enfants et j’ai monté une garderie familiale. Bien sûr, je continuais à coiffer mes amis et ma famille, mais retourner dans l’industrie des cheveux est vraiment très plaisant. »

La dimension bilingue est fondamentale pour cette entrepreneure franco-manitobaine. Si deux de ses employées sont aujourd’hui capables de parler français, elle compte bien développer cela à l’avenir.

Reprendre une entreprise comme celle-ci n’est pas une mince affaire, mais Lynne de Rocquigny aime les défis. « C’est un gros changement dans ma vie, conclut-elle. C’est très positif pour moi de revenir dans le monde professionnel après tout ce temps. »

Déjà connue de la communauté, Lynne de Rocquigny espère attirer plus de francophones grâce à son réseau de connaissances à Lorette.

Classé dans lorette manitoba Municipalités bilingues cdem

1 note

Les élèves de Pointe-des-Chênes à la découverte de leur avenir
Du 5 au 9 novembre, le Canada célèbre la Semaine nationale des métiers spécialisés et de la technologie. Comme chaque année au Manitoba, tous les élèves de 9ème année bénéficient du mercredi pour passer une journée sur le lieu de travail de leurs parents.
Mais cette année, l’École Pointe-des-Chênes de Sainte-Anne a voulu innover en proposant une journée de découverte des métiers.
« Pour sensibiliser nos élèves du secondaire aux possibilités de carrière dans les métiers spécialisés et les technologies, nous leur proposons une journée pour explorer différents métiers, explique le directeur de l’école, Raymond Laflèche. Le but est de leur ouvrir des portes et de les encourager. »
Pour permettre aux élèves de toucher à un maximum de métiers, de nombreux ateliers très variés sont proposés par des experts bénévoles. « Les jeunes peuvent aussi bien faire du béton, créer des bijoux, ou faire des constructions en bois, détaille Raymond Laflèche. Nous voulons qu’ils soient acteurs! »
Avec un cuisinier de Fried Green Tomatoes, les élèves apprennent à faire cuire une pâtisserie pendant que le coiffeur David Forest enseigne aux intéressés les techniques de base en coiffure. De nombreux ingénieurs sont également présents dans des domaines aussi variés que la construction des ponts, l’électricité ou la plomberie.
« C’est la première fois que nous réalisons un tel projet, assure Raymond Laflèche. Et cela a été possible grâce à la Division scolaire franco-manitobaine, le Manitoba School Improvement Program, le CDEM et le Bureau de l’éducation française. Nous sommes une petite école mais nous avons une équipe très dynamique. C’est vraiment très excitant pour nous, j’ai hâte de voir dans quel mesure cela va être un succès auprès des élèves. Ils ont l’air très intéressés mais c’est la première fois qu’ils vont vivre une expérience comme celle-ci! »
Cette initiative originale promet donc une belle réussite et l’équipe de l’école Pointe-des-chênes envisage déjà de renouveler l’expérience dans un an. Une séance d’évaluation avec les parents et les élèves est prévue pour faire le bilan de l’activité.

Les élèves de Pointe-des-Chênes à la découverte de leur avenir

Du 5 au 9 novembre, le Canada célèbre la Semaine nationale des métiers spécialisés et de la technologie. Comme chaque année au Manitoba, tous les élèves de 9ème année bénéficient du mercredi pour passer une journée sur le lieu de travail de leurs parents.

Mais cette année, l’École Pointe-des-Chênes de Sainte-Anne a voulu innover en proposant une journée de découverte des métiers.

« Pour sensibiliser nos élèves du secondaire aux possibilités de carrière dans les métiers spécialisés et les technologies, nous leur proposons une journée pour explorer différents métiers, explique le directeur de l’école, Raymond Laflèche. Le but est de leur ouvrir des portes et de les encourager. »

Pour permettre aux élèves de toucher à un maximum de métiers, de nombreux ateliers très variés sont proposés par des experts bénévoles. « Les jeunes peuvent aussi bien faire du béton, créer des bijoux, ou faire des constructions en bois, détaille Raymond Laflèche. Nous voulons qu’ils soient acteurs! »

Avec un cuisinier de Fried Green Tomatoes, les élèves apprennent à faire cuire une pâtisserie pendant que le coiffeur David Forest enseigne aux intéressés les techniques de base en coiffure. De nombreux ingénieurs sont également présents dans des domaines aussi variés que la construction des ponts, l’électricité ou la plomberie.

« C’est la première fois que nous réalisons un tel projet, assure Raymond Laflèche. Et cela a été possible grâce à la Division scolaire franco-manitobaine, le Manitoba School Improvement Program, le CDEM et le Bureau de l’éducation française. Nous sommes une petite école mais nous avons une équipe très dynamique. C’est vraiment très excitant pour nous, j’ai hâte de voir dans quel mesure cela va être un succès auprès des élèves. Ils ont l’air très intéressés mais c’est la première fois qu’ils vont vivre une expérience comme celle-ci! »

Cette initiative originale promet donc une belle réussite et l’équipe de l’école Pointe-des-chênes envisage déjà de renouveler l’expérience dans un an. Une séance d’évaluation avec les parents et les élèves est prévue pour faire le bilan de l’activité.

Classé dans métiers CDEM Municipalités bilingues

0 notes

Du salon au plateau de télévision
David Forest est de retour à Winnipeg! Ce coiffeur proche de ses clients et expérimenté développe son talent dans différents contextes depuis 17 ans. 
« J’ai commencé en 1995, raconte-t-il. Au début, je coupais les cheveux de mes amis et tout le monde me disait que je devrais m’orienter vers la coiffure. Alors j’ai commencé une formation à Winnipeg qui a débouché sur un apprentissage.
« Pour moi,  la coiffure c’est de l’art, affirme David Forest. J’ai toujours aimé dessiner et en coiffure, c’est la même chose, je peux développer ma créativité. J’aime autant les coupes que les couleurs, je trouve que ça va ensemble. Ce que je préfère c’est les make-over, quand on change complètement le look de quelqu’un. »
Après avoir travaillé dans différents salons à Winnipeg, David Forest a dû quitter le Manitoba pour les besoins de santé de son jeune fils. En effet, le seul hôpital du Canada capable de faire les greffes de foie et de l’intestin dont il avait besoin se trouve à Toronto.  Malgré les circonstances, David Forest a rapidement réussi à s’intégrer dans le monde de la coiffure et notamment sur des plateaux télévisés. 
« J’étais coiffeur pour des programmes de télévision comme The Battle of the Blades sur CBC ou So You Think You Can Dance Canada sur CTV. Il y avait des Québécois dans la compétition qui ne parlaient pas anglais alors c’était un atout pour moi de parler en français avec eux. »
Lors de cette expérience singulière, David Forest devait toujours coiffer ses clients de manière très originale, en fonction de la danse qu’ils allaient faire. 
« C’était un vrai défi pour moi, car je devais faire des coupes en moins de 10 ou 15 minutes, confie-t-il. C’est beaucoup de stress mais c’est un challenge et ça donne de la motivation. C’est une expérience très différente de ce qu’on peut faire dans un salon, c’est très enrichissant. »
C’est donc avec un bagage solide que le passionné est revenu à Winnipeg après quelques années pour reprendre une chaise dans le salon de coiffure Cebado Hair Salon.
« La santé de mon fils s’est vraiment améliorée alors nous avons pu revenir à Winnipeg, raconte le Franco-Manitobain. C’était comme un rêve qui se réalisait pour nous. Tous mes souvenirs sont ici et j’avais promis à mes clients que je reviendrais. »
Si la dimension artistique du métier le passionne, David Forest apprécie énormément l’aspect relationnel. « Je rencontre plein de personnes différentes chaque jour, confie-t-il. Chaque jour est différent, ce n’est jamais la même chose. J’ai de très bons contacts avec mes clients, je me sens près d’eux comme de ma famille alors c’est vraiment un bonheur d’être de retour à Winnipeg et de les retrouver. »
Pour contacter David Forest, composez le 204 803-1996. 

Du salon au plateau de télévision

David Forest est de retour à Winnipeg! Ce coiffeur proche de ses clients et expérimenté développe son talent dans différents contextes depuis 17 ans.

« J’ai commencé en 1995, raconte-t-il. Au début, je coupais les cheveux de mes amis et tout le monde me disait que je devrais m’orienter vers la coiffure. Alors j’ai commencé une formation à Winnipeg qui a débouché sur un apprentissage.

« Pour moi,  la coiffure c’est de l’art, affirme David Forest. J’ai toujours aimé dessiner et en coiffure, c’est la même chose, je peux développer ma créativité. J’aime autant les coupes que les couleurs, je trouve que ça va ensemble. Ce que je préfère c’est les make-over, quand on change complètement le look de quelqu’un. »

Après avoir travaillé dans différents salons à Winnipeg, David Forest a dû quitter le Manitoba pour les besoins de santé de son jeune fils. En effet, le seul hôpital du Canada capable de faire les greffes de foie et de l’intestin dont il avait besoin se trouve à Toronto.  Malgré les circonstances, David Forest a rapidement réussi à s’intégrer dans le monde de la coiffure et notamment sur des plateaux télévisés.

« J’étais coiffeur pour des programmes de télévision comme The Battle of the Blades sur CBC ou So You Think You Can Dance Canada sur CTV. Il y avait des Québécois dans la compétition qui ne parlaient pas anglais alors c’était un atout pour moi de parler en français avec eux. »

Lors de cette expérience singulière, David Forest devait toujours coiffer ses clients de manière très originale, en fonction de la danse qu’ils allaient faire.

« C’était un vrai défi pour moi, car je devais faire des coupes en moins de 10 ou 15 minutes, confie-t-il. C’est beaucoup de stress mais c’est un challenge et ça donne de la motivation. C’est une expérience très différente de ce qu’on peut faire dans un salon, c’est très enrichissant. »

C’est donc avec un bagage solide que le passionné est revenu à Winnipeg après quelques années pour reprendre une chaise dans le salon de coiffure Cebado Hair Salon.

« La santé de mon fils s’est vraiment améliorée alors nous avons pu revenir à Winnipeg, raconte le Franco-Manitobain. C’était comme un rêve qui se réalisait pour nous. Tous mes souvenirs sont ici et j’avais promis à mes clients que je reviendrais. »

Si la dimension artistique du métier le passionne, David Forest apprécie énormément l’aspect relationnel. « Je rencontre plein de personnes différentes chaque jour, confie-t-il. Chaque jour est différent, ce n’est jamais la même chose. J’ai de très bons contacts avec mes clients, je me sens près d’eux comme de ma famille alors c’est vraiment un bonheur d’être de retour à Winnipeg et de les retrouver. »

Pour contacter David Forest, composez le 204 803-1996. 


(Source : cdem.com)

Classé dans cdem manitoba bilingue cheveux